Participation citoyenne aux enquêtes rostres.

Aujourd’hui un volet peu abordé mais qui, en réalité, est d’une grande importance.

Dans le domaine des sciences participatives, chacun considère souvent à tort que ses observations, son savoir ou ses collections (comme c’est le cas ici avec les rostres de poisson-scie) ne sont pas de grand intérêt car ils sont ponctuels, de faible intensité et le fait de non spécialiste.

Pourtant grâce à un travail collaboratif entre la société civile et le monde de la science, l’accumulation de ces données finissent par constituer – une fois validées – des bases de données précieuses. En multipliant le nombre d’yeux, l’étendue ou la durée des informations, il s’agit d’une équipe de plusieurs dizaines / centaines de personnes de la société civile qui vient grossir les rangs des scientifiques dont les moyens humains et financiers sont souvent limités.

La contribution des propriétaires de rostre représente une fantastique collaboration citoyens-chercheurs. Ainsi nous remercions grandement nos récents contributeurs.

 

Bruno A nous a remis gracieusement un rostre P. pectinata provenant de Guyane.
Yann M nous a transmis des photos et un échantillon d’un rostre de P. pristis provenant de Guyane.
Rudy W nous a contacté pour un rostre de P. pectinata provenant de Guadeloupe

Si vous aussi vous souhaitez participer, nous vous invitons à prendre contact avec nous par mail ou via nos réseaux sociaux.

En vous faisant connaître auprès de notre structure, nous pouvons réaliser des mesures, une identification et des analyses de votre rostre (même très anciens), cela va nous aider à comprendre la distribution des poissons-scies de notre zone d’étude du projet TIDENT et à terme être en mesure de mieux les protéger.

Campagne d’enquête Poisson-scie en Guadeloupe

Les enquêtes ciblées ainsi que la distribution des posters de sensibilisation du projet TIDENT progressent sur la Guadeloupe. Les points de débarquement, magasins de matériel de pêche, panneau d’information de sites naturel ont été ciblé pour couvrir les acteurs de la mer.

En décembre une rencontre entre les partenaires DRDH et Kap Natirel a permis d’échanger sur les approches de terrain avec Océane Beaufort et Jeanne Wallet qui travaille pour l’association en contrat service civique.

Si les rencontres avec un poisson-scie sont extrêmement rares sur Karukera, elles sont d’autant plus précieuse pour Continuer la lecture de « Campagne d’enquête Poisson-scie en Guadeloupe »

Les poissons-scies : raie ou requin ?

Bonjour à toutes et à tous, aujourd’hui focus sur la famille des poissons-scies (Pristidae).

Ces espèces nous tiennent particulièrement à cœur et cela fait maintenant plusieurs années que nous les étudions et protégeons activement au sein de l’association.

La famille de Pristidae est composée de cinq espèces de raies, le poisson-scie Tident (Pristis pectinata), le poisson-scie commun (Pristis pristis), le poisson-scie nain (Pristis clavata), le poisson-scie vert (Pristis zijsron) et enfin le poisson-scie à dents étroites (Anoxypristis cuspidata).

Les poissons-scies sont souvent confondus avec le requin-scie du fait de leurs rostres. La principale différence Continuer la lecture de « Les poissons-scies : raie ou requin ? »

Différents projets de sauvegarde des poissons-scies.

Bonjour à toutes et à tous !

Nous allons aujourd’hui vous parler d’un sujet qui nous tient à cœur : la sauvegarde des poissons-scies.

Fin octobre nous annoncions le début du projet TIDENT, qui s’inscrit dans la lignée de nombreux projets de conservation des différentes espèces de poissons-scies. En effet, Des Requins et des Hommes s’est largement investi dans leur protection, notamment en 2013 avec notre projet “Africasaw”. Celui-ci s’est concentré sur les populations de poissons-scies en Afrique de l’ouest, et plus particulièrement dans les pays continentaux de la Commission Sous-Régionale des Pêches (CSRP), comprenant la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée-Bissau, la Guinée-Conakry et le Sierra-Léone.

Grâce à ce projet, nous avons pu œuvrer à :
– L’évaluation des zones clefs des populations de Pristidae dans la sous-région
– La mise en place, la formation et la maintenance d’un réseau d’alerte « Poisson-scie »
– La réduction des interactions hommes/poissons-scies, afin de minimiser les mortalités
directes ou indirectes en réalisant par exemple des sessions de formations des communautés de pêcheurs ou encore la réalisation de fresques murales.

DRDH s’est également investi dans la sauvegarde des poissons-scies à travers “Indonesaw”, projet débuté en 2017 en Indonésie en partenariat avec le Centre de recherche pour les Pêches de Jakarta. Au vu du peu de l’importance du marché des élamobranches en Indonésie (premier exportateur mondial), il Continuer la lecture de « Différents projets de sauvegarde des poissons-scies. »

Les poissons-scies, des espèces en danger critique d’extinction.

Bonjour à toutes et à tous, voici le premier article autour de notre nouveau projet TIDENT et des poissons-scies.

Le poisson-scie reconnaissable par son rostre caractéristique n’est pas une espèce de poisson, mais un proche cousin des requins, au squelette composé de cartilage.
Il appartient à une famille de raies comprenant 5 espèces différentes. Ces dernières occupent les zones côtières tropicales du monde, aussi bien dans l’eau douce, dans les estuaires que dans les mangroves. Aujourd’hui les poissons-scies font partie d’une des familles les plus menacées du milieu marin.

Plusieurs menaces pèsent sur les Pristidae : en particulier la pêche, en effet, ils sont souvent sujets aux prises accessoires, du fait de leur rostre qui s’emmêle facilement dans les filets.

Poisson-scie maillé dans un filet en Australie 2018 @Barbara Wueringer

Aussi les poissons victimes de cette pêche se retrouvent régulièrement sur le commerce. Plusieurs parties de leur corps sont utilisées dans le commerce : le rostre comme trophée ou curiosité ; les dents pour les combats de coqs ou des collections ; les ailerons pour la cuisine asiatique, la médecine traditionnelle, les symboles religieux… Continuer la lecture de « Les poissons-scies, des espèces en danger critique d’extinction. »

Saisie d’un rostre de poisson-scie : DRDH attribué gardien.

Lucas Zaccagnini, bénévole chez DRDH a profité d’un retour en famille durant les vacances pour récupérer un rostre saisi par les services ONCFS du Bas-Rhin.

DRDH s’est vu attribué le gardiennage de cette pièce qui vient agrandir sa collection d’une nouvelle espèce : Anoxypristis cuspidata retrouvée dans l’océan indien et l’ouest du Pacifique. Il s’agit en l’occurrence de l’espèce la plus courante recensées par nos points focaux en Indonésie (Projet Indonesaw). La pièce de 84 cm comporte l’avant de la tête jusqu’aux cavités oculaires.

Elle servira à compléter le recueil de données morphométrique sur cette espèce listée En Danger d’extinction (IUCN).

Merci Lucas pour la livraison, mais aussi ton travail de suivi avec Paul sur Internet.

Sulawesi, nouveau point chaud pour le trafic de poissons-scies en Indonésie.

De retour de mission l’équipe Indonesaw a pu récolter des informations récentes sur les captures de poissons-scies dans différentes provinces de cette îles principale du nord-est de l’archipel indonésien.

Les données sont édifiantes, chaque année, des centaines de poissons-scies sont ciblés, capturés illégalement et exportés vers l’Asie mais également l’Europe.

Si les réglementations nationales peines à être respectées, nos points focaux s’investissent pour identifier les parties prenantes et les sensibiliser à de meilleures pratiques.

Après la Papouasie, le Sulawesi est donc un nouveau territoire à surveiller de près !

Cérémonie d’ouverture de la réunion et de la formation des points focaux sur le poisson-scie.


Surabaya, Java Est, bureau de quarantaine. Le directeur Pak Muhlin, vient de déclarer officiellement ouvert l’atelier sur l’indonésie.

Les points focaux viennent partager leur date de mise à jour des informations issues des recherches de l’année dernière.

Des exercices pour améliorer la collecte de données et la sensibilisation sont prévus pendant la semaine.
Pak Dharmadi a rappelé les objectifs du projet Indonesaw et devrait fournir de nouvelles informations utiles pour le projet.

Réunion d’évaluation du statut des espèces de poisson-scie, Londres 20-24 mai 2012

Une trentaine d’experts internationaux des requins et des raies se sont réunis la semaine passée à Londres pour évaluer le statut de conservation des poissons-scies (Pristidae) à travers le monde.

Apres une présentation de l’état des connaissances (distribution, biologie, commerce) dans chaque grande zone de répartition ; le classement de chaque espèce selon le protocole de la liste Rouge UICN à été réévalué au regard de ces nouveaux éléments.

Les groupes de travail ont ensuite discuté puis adopté une vision globale pour la conservation de ces espèces aisni qu’une liste de propositions d’actions concrètes. Ces résultats clefs seront publiés prochainement et présentés lors de la réunion du Comité des Pêches de la FAO (United Nations Food and Agriculture Organization ) en Juillet prochain ainsi qu’au congres mondial de l’UICN qui se tiendra en Corée en Septembre 2012.

DRDH a contribué activement à l’enrichissement des connaissances ainsi qu’aux discussions (groupe de travail pêcheries et commerce) ; notamment en lien avec son futur programme AfricaSaw pour la conservation des poissons-scie d’Afrique de l’Ouest.