Participation citoyenne aux enquêtes rostres.

Aujourd’hui un volet peu abordé mais qui, en réalité, est d’une grande importance.

Dans le domaine des sciences participatives, chacun considère souvent à tort que ses observations, son savoir ou ses collections (comme c’est le cas ici avec les rostres de poisson-scie) ne sont pas de grand intérêt car ils sont ponctuels, de faible intensité et le fait de non spécialiste.

Pourtant grâce à un travail collaboratif entre la société civile et le monde de la science, l’accumulation de ces données finissent par constituer – une fois validées – des bases de données précieuses. En multipliant le nombre d’yeux, l’étendue ou la durée des informations, il s’agit d’une équipe de plusieurs dizaines / centaines de personnes de la société civile qui vient grossir les rangs des scientifiques dont les moyens humains et financiers sont souvent limités.

La contribution des propriétaires de rostre représente une fantastique collaboration citoyens-chercheurs. Ainsi nous remercions grandement nos récents contributeurs.

 

Bruno A nous a remis gracieusement un rostre P. pectinata provenant de Guyane.
Yann M nous a transmis des photos et un échantillon d’un rostre de P. pristis provenant de Guyane.
Rudy W nous a contacté pour un rostre de P. pectinata provenant de Guadeloupe

Si vous aussi vous souhaitez participer, nous vous invitons à prendre contact avec nous par mail ou via nos réseaux sociaux.

En vous faisant connaître auprès de notre structure, nous pouvons réaliser des mesures, une identification et des analyses de votre rostre (même très anciens), cela va nous aider à comprendre la distribution des poissons-scies de notre zone d’étude du projet TIDENT et à terme être en mesure de mieux les protéger.

Les poissons-scies : raie ou requin ?

Bonjour à toutes et à tous, aujourd’hui focus sur la famille des poissons-scies (Pristidae).

Ces espèces nous tiennent particulièrement à cœur et cela fait maintenant plusieurs années que nous les étudions et protégeons activement au sein de l’association.

La famille de Pristidae est composée de cinq espèces de raies, le poisson-scie Tident (Pristis pectinata), le poisson-scie commun (Pristis pristis), le poisson-scie nain (Pristis clavata), le poisson-scie vert (Pristis zijsron) et enfin le poisson-scie à dents étroites (Anoxypristis cuspidata).

Les poissons-scies sont souvent confondus avec le requin-scie du fait de leurs rostres. La principale différence Continuer la lecture de « Les poissons-scies : raie ou requin ? »

Les poissons-scies, des espèces en danger critique d’extinction.

Bonjour à toutes et à tous, voici le premier article autour de notre nouveau projet TIDENT et des poissons-scies.

Le poisson-scie reconnaissable par son rostre caractéristique n’est pas une espèce de poisson, mais un proche cousin des requins, au squelette composé de cartilage.
Il appartient à une famille de raies comprenant 5 espèces différentes. Ces dernières occupent les zones côtières tropicales du monde, aussi bien dans l’eau douce, dans les estuaires que dans les mangroves. Aujourd’hui les poissons-scies font partie d’une des familles les plus menacées du milieu marin.

Plusieurs menaces pèsent sur les Pristidae : en particulier la pêche, en effet, ils sont souvent sujets aux prises accessoires, du fait de leur rostre qui s’emmêle facilement dans les filets.

Poisson-scie maillé dans un filet en Australie 2018 @Barbara Wueringer

Aussi les poissons victimes de cette pêche se retrouvent régulièrement sur le commerce. Plusieurs parties de leur corps sont utilisées dans le commerce : le rostre comme trophée ou curiosité ; les dents pour les combats de coqs ou des collections ; les ailerons pour la cuisine asiatique, la médecine traditionnelle, les symboles religieux… Continuer la lecture de « Les poissons-scies, des espèces en danger critique d’extinction. »