Rapport CSTEP 1915 Réglementation Finning et Plan d’Action Communautaire Requins

Le rapport  « Examen de la mise en oeuvre de la réglementation sur le finning de Requins et l’évaluation des impacts du Plan d’Action Communautaire de gestion et conservation des Requins » (CPOA Shark 2009) vient d’être rendu disponible après validation du CSTEP.

Vous y trouverez une analyse des actions des états membres quant au suivi des débarquement d’espèces de requins potentiellement utilisables pour le commerce d’aileron à partir d’une liste d’espèces établie par les experts du groupe de travail et de la bibliographie disponible sur le suivi des marchés de Hong Kong.

Le rapport  consacre également un chapitre à la revision du plan d’action requins mis en place en 2009 ainsi que des proposition d’évaluation de ses objectifs et actions liées .

STECF 19-17 – Shark Finning

Document Stratégique de Facade : le point de vue mitigé des associations Bretonnes

 

3 juin 2019

Stratégie de l’État en mer : où est l’ambition environnementale ?

Les associations de protection de la nature* émettent un avis négatif sur le Document Stratégique de Façade, qui sera proposé au vote du Conseil Maritime de la Façade bretonne et ligérienne le 5 juin 2019 à Brest. Les objectifs économiques prennent le pas sur les enjeux écologiques : c’est aujourd’hui inacceptable. Il faut une stratégie économique, sociale ET écologique pour que la mer se développe durablement dans le respect des écosystèmes marins.

C’est l’avenir de la mer qui se joue. Nos associations constatent positivement que l’État a su mobiliser le monde scientifique et ses services pour élaborer un état des lieux de bonne facture. Mais au-delà de cet état des lieux, l’enjeu stratégique pour l’État est double : en même temps mettre en place les conditions d’un développement de l’économie bleue et garantir un bon état écologique du milieu marin dans le cadre de la transition écologique pour la mer et le littoral. Pour Gérard Prodhomme de Bretagne-Vivante « <i>C’est l’avenir de la mer et du littoral bretons et ligériens qui se joue là». Et le compte n’y est pas !

Nos associations constatent des insuffisances dans l’approche suivie par l’État pour la réalisation du Document Stratégique de Façade, première étape de la planification marine et littorale.

L’impact des activités humaines sur les écosystèmes, les espèces et les habitats présents sur le littoral ligérien et breton n’a pas été évalué. Cette analyse doit impliquer tous les acteurs de la mer. Pour Denez L’Hostis de FBNE, «  elle est indispensable si on veut le maintien ou le développement d’activités existantes et surtout un développement durable de l’économie bleue s’appuyant sur les trois piliers : économique, social et environnemental».

Par ailleurs, le document ne prend pas suffisamment en compte le lien terre-mer et les enjeux des territoires littoraux dont la qualité des eaux et les pressions de l’urbanisme. 90% des pollutions marines côtières proviennent du domaine terrestre, la stratégie maritime a vocation à investir le domaine terrestre pour résoudre les problèmes de pollution en mer. Comme le précise Jean-Yves Piriou d’Eau et Rivières de Bretagne, « <i>il manque une gouvernance et une ambition partagées entre les objectifs du Document stratégique de la façade NAMO et les objectifs du Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux Loire-Bretagne vis-à-vis des masses d’eau côtières qui, selon les directives européennes sur l’eau et le milieu marin, doivent atteindre le bon état écologique en 2027».

De plus, la carte présentant les objectifs stratégiques dite <b>« carte des vocations » </b>est essentiellement centrée sur des priorités économiques au détriment des priorités écologiques. Cela crée un biais dans la définition des objectifs stratégiques. Dans les zones côtières, les vocations prioritaires retenues sont l’aquaculture, la pêche, les industries portuaires, le transport, les activités nautiques. Les objectifs environnementaux et les objectifs socio-économiques n’ont pas été traités sur un pied d’égalité.

Enfin, la spécificité et le rôle des zones protégées ou réglementées – sites Natura 2000 en mer, réserves naturelles marines, réserves de biosphère, schémas de mise en valeur de la mer – ne sont pas pris en compte dans l’analyse des contraintes d’usages et des pressions anthropiques.

Pour Elodie Martinie-Cousty pilote du réseau Océans, Mers et littoraux de FNE, « la mer n’a pas de frontières et ce DSF ne comporte pas d’évaluation des interactions avec les mers territoriales Manche Est et Sud Aquitaine. Cette vision en silo au regard des enjeux climatiques et de la remontée des espèces halieutiques vers le Nord doit pourtant être regardée avec une vision stratégique, tout comme la distribution des pollutions et les effets cumulés des pressions inter sous-régions marines. L’avis des associations de protection de la nature est défavorable.

Les associations de protection de la nature ont participé à la concertation et ont fait des propositions dont certaines ont été retenues. Armelle Jung de l’association des requins et des hommes souligne « Nous sommes tous concernés : c’est l’ensemble de la société civile qui connaîtra dans sa vie quotidienne les conséquences des choix stratégiques qui vont être faits : qualité des eaux côtières, emplois, lutte contre l’érosion du littoral, préservation des ressources marines».

<b>Les associations s’inquiètent fortement que le Document Stratégique de Façade NAMO ne garantisse pas l’atteinte du bon état écologique de la mer. Elles jugent l’ambition stratégique trop timide et constatent que la stratégie de la façade ne permettra pas de respecter la Directive européenne sur le Milieu Marin.

En l’état actuel, les associations membres de FNE expriment donc un avis défavorable sur le document stratégique de façade NAMO mais restent ouvertes au dialogue pour tenter d’atteindre les objectifs fixés par la stratégie nationale mer et littoral.

* : Bretagne-Vivante, Eau et Rivières de Bretagne, Fédération Bretagne Nature Environnement, FNE Pays de Loire, Des Requins et Des Hommes, toutes membres de France Nature Environnement.

Contacts presse :

– Gérard Prodhomme – Bretagne-Vivante – 06 40 23 77 84

– Jean-Yves Piriou – Eau et Rivières de Bretagne – 06 50 53 86 54

– Denez L’Hostis – Fédération Bretagne Nature Environnement – 06 22 01 36 32

– Jean-Christophe Gavallet – FNE Pays de la Loire – 06 88 14 57 98

– Elodie Martinie Cousty – FNE – 06 08 07 14 16

– Armelle Jung**– Des Requins et des Hommes- 06 14 38 60 01

**Pour information sur les Planifications Marines Spatiales, suivre le lien : http://desrequinsetdeshommes.org/wordpress/wp-admin/post.php?post=2537&action=edit

Communiqué de presse APNE DSF NAMO 3 juin 2019

Premiers relâchés en mer de poissons-scies en Papouasie : la sensibilisation paye !

La sensibilisation des communautés de pêcheurs est l’un des piliers du projet d’Indonesaw, ceci à travers des rencontres directes, des enquêtes de terrain et l’utilisation des médias sociaux. Ces méthodes ont clairement montré leurs résultats quelques mois seulement après leur mise en œuvre ; ainsi l’équipe d’Indonesaw est fière d’annoncer que des pêcheurs indonésiens ont relâché des poissons-scies alors qu’ils chalutaient dans l’ouest de la province de Papouasie.

Un grand merci à l’équipe du Réseau d’Alerte pour leur engagement!

Un travail supplémentaire est nécessaire dans l’ensemble du pays pour continuer à encourager les bonnes pratiques des professionnels de la mer.

2nd Symposium Raies et Requins Indonésien

APPEL A COMMUNICATIONS
Shark and Ray Symposium in Indonesia

Se tiendra à Jakarta les 28 et 29 Mars 2018 et sera co-organisé par le Center for Fisheries Research, Ministry of Marine Affairs and Fisheries, Conservation International Indonesia, WWF-Indonesia, and Misool Baseftin.

L’attention croissante pour la protection des raies et des requins touche également lIndonesie. Au cours des ind dernières années un effort constant a été réalisé pour améliorer la gestion des élasmobranches en Indonésie. Le Plan d’Action National encourage les chercheurs et conservateurs à promouvoir les approches collaboratives pour le management des raies et requins et Indonésie.

La soumissions des résumés est ouverte entre les 16 Janvier et 16 Février 2018, elle est gratuite pour les présentateurs et auteurs associés. Toutes les recherches présentées lors du second SymposiumNational Raies et Requins -sous la forme de poster, résumés et publication- seront documentées dans le journal scientifique crédité du Centre de Recherche pour les Pêches et du Ministère des Affaires Maritimes et Pêches.
Un table ronde dédiée aux recherches sur les Mobulidae précédera le symposium.
Ne manquez pas cet important rendez-vous et venez rencontrer les chercheurs indonésiens.
Pour les inscriptions et les informations, visitez : www.srs-indonesia.org

Formations en Planification Martine Spatiale

Des océans et des côtes sains et productifs fournissent des services vitaux essentiels à la société humaine. Cependant, nombre de ces services sont en déclin du fait de l'augmentation et souvent de la concurrence des activités côtières et de l'utilisation des ressources. La tendance est amplifiée par des politiques sectorielles non coordonnées et la gestion. Une approche intégrée de la mise en œuvre des politiques et de la gestion des écosystèmes dans tous les secteurs est donc essentielle pour favoriser des synergies efficaces.

Par conséquent, la planification et la gestion des zones marines et côtières écosystémiques sont considérées comme une approche particulièrement utile pour soutenir l'intégration de la gestion de l'environnement et des ressources, le développement durable et les priorités de gouvernance aux échelles locale, nationale et régionale.

Informé par des décennies d'expériences pratiques et d'apprentissage sur le terrain, ce cours de formation vise à renforcer la planification et la mise en œuvre dans son propre contexte tout en fournissant une introduction à la théorie et aux points de départ pratiques de Blue Planning. Il repose sur un large éventail de cadres, d'outils, de lignes directrices, d'articles et de ressources en ligne visant à permettre aux planificateurs et aux praticiens nationaux et locaux d'élaborer et de mettre en œuvre des politiques et plans côtiers et marins intégrés.

https://vimeo.com/243802522

Formations à la Planification Marine Spatiale

Des océans et des côtes sains et productifs fournissent des services vitaux essentiels à la société humaine. Cependant, nombre de ces services sont en déclin du fait de l’augmentation et souvent de la concurrence des activités côtières et de l’utilisation des ressource. La tendance est amplifiée par des politiques sectorielles non coordonnées et la gestion. Une approche intégrée de la mise en œuvre des politiques et de la gestion des écosystèmes dans tous les secteurs est donc essentielle pour favoriser des synergies efficaces. Des cadres globaux tels que la Convention de Téhéran (2006) ne sont toujours pas entièrement mis en œuvre.

Par conséquent, la planification et la gestion des zones marines et côtières écosystémiques sont considérées comme une approche particulièrement utile pour soutenir l’intégration de la gestion de l’environnement et des ressources, le développement durable et les priorités de gouvernance aux échelles locale, nationale et régionale. Informé par des décennies d’expériences pratiques et d’apprentissage sur le terrain, ce cours de formation vise à renforcer la planification et la mise en œuvre dans son propre contexte tout en fournissant une introduction à la théorie et aux points de départ pratiques d’une Planification Bleue ou  « Blue Planning ». Il repose sur un large éventail de cadres, d’outils, de lignes directrices, d’articles et de ressources en ligne visant à permettre aux planificateurs et aux praticiens nationaux et locaux d’élaborer et de mettre en œuvre des politiques et plans côtiers et marins intégrés

https://vimeo.com/243802522

  • La «planification en pratique» (BPiP) est un terme général pour des approches telles que la gestion intégrée des zones côtières, la planification spatiale côtière et marine ou la planification maritime. L’introduction a également fait référence à un cas réel (courant de Benguela). BPiP promeut une approche écosystémique, visant à atteindre des objectifs multiples pour l’utilisation des côtes et des océans en minimisant les conflits entre les utilisateurs et en réduisant les impacts sur les écosystèmes et les services écosystémiques et en favorisant le développement durable. Blue Planning ne conduit pas à un plan définitif et définitif. C’est un processus continu et itératif qui inclut l’apprentissage et la gestion adaptative au fil du temps. Le développement et la mise en œuvre de Blue Planning comprennent un certain nombre d’éléments, dont les suivants:
  • Identification du besoin et conception du processus
  • Organisation de la participation des parties prenantes
  • Inventaire et analyse des conditions actuelles et futures
  • Rédaction et approbation du plan de gestion de l’espace
  • Mise en œuvre et application
  • Surveillance, révision et ajustement
 

ICES Annual Science Conference 2015

ICES-Poster

La conférence Annuelle de l’ICES se déroule cette semaine à Copenhague

Une présentation a été donnée hier par notre collègue Claudia lors de la session « Beyond ocean connectivity: embracing advances on early life stages and adult connectivity to assessment and management challenges » sur les premiers résultats de notre étude commune sur le sage (Etmopterus spinax).

Combining forces: a multidisciplinary approach to unravel population structure in a heavily bycaught deepwater shark

Claudia Junge, Sienna Gray, Matt McMillan, Chris Izzo, Bronwyn Gillanders,
Ole Thomas Albert, Wolf Isbert, Timon Brueggemann, Giovanni Romagnoni, and Armelle Jung

Réunion d’évaluation du statut des espèces de poisson-scie, Londres 20-24 mai 2012

Une trentaine d’experts internationaux des requins et des raies se sont réunis la semaine passée à Londres pour évaluer le statut de conservation des poissons-scies (Pristidae) à travers le monde.

Apres une présentation de l’état des connaissances (distribution, biologie, commerce) dans chaque grande zone de répartition ; le classement de chaque espèce selon le protocole de la liste Rouge UICN à été réévalué au regard de ces nouveaux éléments.

Les groupes de travail ont ensuite discuté puis adopté une vision globale pour la conservation de ces espèces aisni qu’une liste de propositions d’actions concrètes. Ces résultats clefs seront publiés prochainement et présentés lors de la réunion du Comité des Pêches de la FAO (United Nations Food and Agriculture Organization ) en Juillet prochain ainsi qu’au congres mondial de l’UICN qui se tiendra en Corée en Septembre 2012.

DRDH a contribué activement à l’enrichissement des connaissances ainsi qu’aux discussions (groupe de travail pêcheries et commerce) ; notamment en lien avec son futur programme AfricaSaw pour la conservation des poissons-scie d’Afrique de l’Ouest.